Jeudi 6 septembre 2010

Levé à cinq heures, mais rien fais de bon après le petit déjeuner à part numériser une case et un élément ajouté à une grande case déjà numérisée du volume 2. [...] Je jette un œil en soirée au film Tous les matins du monde d'Alain Corneau adapté du récit de Pascal Quignard, que j'avais déjà vu. Il m'en reste la même impression gênée, comme s'il ne restait du livre de Quignard qu'un air lourd et compassé. Les acteurs y sont un peu outranciers. Jean-Pierre Marielle a l'air d'avoir un bras qui ne lui appartient pas lorsqu'on le voit jouer de la viole de gambe. D'ailleurs, ce n'est certainement pas son bras mais sans doute celui d'un musicien caché derrière lui, et je ne pouvais empêcher que cela me sautât aux yeux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire