Mardi 1er septembre 2009

Je rentre du travail par la ligne 9, retrouve D. dont ce jour a été la première journée d’un nouveau travail. Nous sortons dans le quartier à la recherche d'une gazinière à acheter. J’ai repéré l’adresse d’un revendeur. Nous ne le trouvons pas, sans doute a-t-il fermé boutique. Je reconnais, rue de Bagnolet, les restes de la gare ferroviaire dans laquelle j’avais donné un concert dans les années 90, à quinze années de là. L’endroit est devenu tape-à-l’œil, l’âme de ces quartiers disparaît. Nous croisons par hasard Yvan Alagbé qui habite lui aussi dans le vingtième arrondissement. Sa barbe est plus fournie et blanche que jamais. Il nous parle de son désir de partir d’ici, poussé par les prix absurdes de logement qui y sont pratiqués. Nous rentrons à pied par la rue des Pyrénées en musardant par les rues alentour.

1 commentaire:

  1. j'ai habité rue des envierges, coin ideal du 20e (metro jourdain, rue de belleveille à 100m, pas trop cher à l'époque...) et pourtant, c'est curieux, ça me manque plus du tout... à part le restau thaï...

    RépondreSupprimer