Dimanche 4 octobre 2009

J’attends les corrections de Raphaële Mouren, mais le serveur de l’Enssib semble avoir des problèmes. C’est dimanche, je propose à D. une ballade dans le neuvième arrondissement. Nous tombons sur un vide-grenier boulevard de Clichy et rue des Martyrs. D. trouve des pulls, moi deux disques vinyls de 1957 des suites pour violoncelle de Bach interprétées par Pablo Casals. Le vide-grenier se transforme peu à peu en brocante professionnel. La mode mobilière est au métal et au design d’usine. Une belle table ayant le même pied en lourd métal que ma table à dessin atteint des sommes absurdes, tandis que le moindre tabouret équivaut au quart d'un SMIC. Je reçois les corrections de mon mémoire professionnel en soirée en ouvrant l’ordinateur, soit trois pages de remarques. J’y travaille jusqu’à minuit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire