Jeudi 4 juin 2009

Levé à sept heures. Je prends le petit déjeuner avec Bastien, avec qui je partage le studio de Montparnasse. J’emprunte la ligne 4 jusqu’à la station Réaumur-Sébastopol, me rends au Conservatoire National des Arts et Métiers où je dois assister à une journée d’étude sur le droit du domaine public numérisé. Les intervenants se succèdent dans l’amphithéâtre, je prends des notes. Je mange japonais à midi ― il y a un nombre invraisemblable de restaurants japonais dorénavant dans cette ville. L’après-midi reprend le l des interventions. Des responsables de Wikipédia et de Google se jettent dans l’arène, et c’est très intéressant. Pour nir, Yves Alix synthétise brillamment la journée. Il me faut maintenant tuer le temps avant mon rendez-vous de dix-huit heures quinze. Je marche dans le quartier, passe devant les locaux de Charlie Hebdo, traîne tant et si bien qu'à l’heure où je devrais être à mon rendez-vous je suis encore dans la ligne 9, prise à République. Je visite l’appartement rue des Grands Champs dans le vingtième arrondissement, au bout du bout de l’“escargot” parisien, avec un quart d’heure de retard qui passe inaperçu ; sans doute le “quart d’heure parisien”. Je dois dire demain si je postule à cette location. Je rentre en essayant de ne pas me faire d’illusions, me persuadant que nous serons sans doute nombreux à déposer un dossier de candidature, essayant sans vraiment y parvenir de ne pas me projeter dans un avenir dans lequel j’habiterai cet appartement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire