Vendredi 3 avril 2009

Rendez-vous avec Raphaële Mouren au sujet du mémoire que je devrais rendre dans quelques mois à la fin de la formation. Nous buvons un café en terrasse. Il fait chaud mais je suis trop habillé, comme si je n'arrivais pas à sortir de la saison froide. Je rejoins les quais de Saône et prends le bus pour me rendre à la bibliothèque du Conservatoire déposer une copie de mon rapport. Je rentre avec un cartable bourré à craquer de documents empruntés. Je regarde en soirée, avec Michel, un lm populaire à propos d'un directeur d'un bureau de poste muté dans le Nord de la France. Nous sommes effarés ; l'écriture est calamiteuse, les acteurs ont l'air d'avoir du mal à croire en ce qu'ils jouent.

2 commentaires:

  1. les bras me tombent.
    passez un chaleureux bonjour de ma part à Lionel Tran, en souvenir de nos discussions aixoises et virtuelles, qui se sont arrêtées un jour et je le regrette.
    le monde est tout petit, parfois c'est une grande chance.
    (enfin quelqu'un qui pense la même chose que moi de ce film... merci)
    Raphaële

    RépondreSupprimer
  2. dire du mal d'un film dont le succès populaire vous reste en travers de la gorge relève de la posture intello !
    avoue, tu as ris !
    ........................................non, je déconne... le seul truc risible est l'accent chti de line renaud... on dirait qu'elle a oublié son dentier dans son verre à dents...
    sinon, toujours un petit plaisir de parcourir ce blog.

    RépondreSupprimer