Vendredi 13 mars 2009

Après avoir retrouvé D. en fin de journée au cloître du Palais Saint-Pierre et l'avoir laissée à son funiculaire, j'entre dans une boutique de disques vinyls repérées ce matin sur mon trajet dans le Vieux Lyon. L'homme qui me salue me dit qu'elle vient tout juste d'ouvrir. Sont classés contre les murs des milliers de disques de musique baroque, classique, contemporaine... Je pêche deux coffrets de l'intégrale des cantates de Bach exécutées par Gustav Leonhardt et Nikolaus Harnoncourt, entreprise titanesque d'enregistrement sonore qui a duré dix-neuf ans, de 1971 à 1989, et prend la place de quarante-sept coffrets de deux disques - l'équivalent de soixante disques compacts. Les cantates ne sont qu'une partie de l'œuvre de Bach. Seulement deux-cents ont été retrouvées, sur environ trois-cents cantates composées. À raison d'une cantate par semaine, il faudrait quatre années pour toutes les écouter. Les versions Leonhardt / Harnoncourt me tiennent beaucoup à cœur - avec celles de Philippe Herreweghe -, elles sont rudes, sans apprêt, en particulier celle de Gustav Leonhardt, d'une mélancolie et d'une sobriété luthériennes.

1 commentaire:

  1. quelques unes de ces cantates sont d'ailleurs disponibles à l'écoute gratuitement ici (pratique pour découvrir) :

    http://www.deezer.com/#music/album/85455

    RépondreSupprimer