Lundi 8 décembre 2008

Levé à sept heures après un sommeil intermittent. La rumeur de Paris gronde derrière le volet roulant. Je téléphone à D. puis prends un petit-déjeuner en écoutant la petite radio crachottante. Je décide de partir à pieds, d'une part parce qu'il ne pleut pas, mais aussi pour m'immerger dans le froid gris des rues. Je prends la rue de Rennes, traverse la Seine au Pont Royal. Il y a des travaux un peu partout. Le froid est vif. J'aperçois le Département de la musique, fermé, dont les services sont relogés momentanément dans la salle Labrouste de la Bibliothèque nationale de France. Après un premier contact, je dois filer au site de Tolbiac afin de retirer un badge d'accès. Je prends la ligne 14. Le quartier a beaucoup changé. Je fais quelques courses alimentaires et rentre manger au studio de Montparnasse. L'après-midi se passe à recontrer les personnes du service, à visiter la "salle ovale", très belle, partagée avec l'Institut National d'Histoire de l'Art. Je rentre au studio vers dix-huit heures et demie, me fais à manger en regardant la télévision, que j'éteins très vite, agacé, lis de la documentation. La soirée est mélancolique. Je ne sais trop que penser de l'avenir, de l'installation ici. La voix de D. au téléphone me ramène à Lyon, à la nostalgie de notre grand appartement là-bas, à l'incertitude de l'avenir, aux trois années que nous avions passé séparés, déjà.

3 commentaires:

  1. Ce sont aussi de nouvelles perspectives qui s'ouvrent, du courage et de la détermination.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai connu ce coup de blues aussi à mon arrivée à Pau et à mes soirées pique-nique dans le foyer de jeunes travailleurs. Mon remède : arpenter la ville jusqu'à ce que ses jambes tremblent de fatigue. Après, on rentre, on mange, on dort et hop ! Après ça s'arrange.

    RépondreSupprimer
  3. Ah, merci vous deux. Oui, ce n'est pas facile, même quand on a l'habitude de se blinder. Mais les principes de vitalité et de relativité reviennent vite quand on commence à prendre ses repères (non, je n'ai pas fait pipi autour de mon poste de travail)

    RépondreSupprimer