Lundi 29 décembre 2008

Encore nauséeux, sous la coupe d’une gastro-entérite sur sa fin, je m’occupe en matinée du courrier, notamment de l’envoi d’un exemplaire de Strates dédicacé, mais aussi de trois planches du projet envoyées à David. Nous passons l’après-midi avec D. à nous promener à Lyon comme des touristes. Il fait un froid vif et sec, le ciel est dégagé par intermittence. Nous visitons le Musée de la miniature, que je ne connaissais pas. Nous finissons la journée en allant voir La Vie moderne de Raymond Depardon. Je réfléchis mollement en soirée à une nouvelle séquence du projet, en écoutant Old Rottenhat de Robert Wyatt.

2 commentaires:

  1. J'attends les germes de ta maladie par retour de courrier, donc.
    Ici, à Orbais, le plan désinfection est enclenché.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, là est la grande supériorité du courrier papier sur le courrier électronique, n'est-ce pas ?

    RépondreSupprimer