Vendredi 14 novembre 2008

Le matin : exposé tonitruant, sans équivoque, massif de Monsieur B. du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche au sujet de la loi du 10 août 2007 relative à l'autonomie des universités, dont il est l'un des rédacteurs. Exposé proche d'un discours politique, la contradiction n'est pas de mise. Le malaise est visible chez nombre de stagiaires ; oui, mais il n'y a pas de télécommande pour changer de programme.
Je finis le taboulé entamé hier, agrémenté de pain et de jambon cru. Je discute avec une stagiaire écartelée : une vie dans le sud, un poste dans le nord et une formation ici, à Lyon, le nord du sud ou le sud du nord, c'est selon.
Le directeur du Service Interuniversitaire Commun de la Documentation de Grenoble nous livre l'après-midi une vision nuancée, concrète, de la loi exposée ce matin, nous parle des structures et des contraintes financières d'une bibliothèque. Il insiste sur un point jamais discuté dans les débats à propos de la question de l'élargissement des heures d'ouverture des bibliothèques : la sécurité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire