Mardi 4 novembre 2008

Levé à cinq heures et quart. Je me lance dans la planche 45, planche venant s'insérer entre les planches déjà réalisées, et ajoutée après discussion avec David à Nice.
Je prends le bus comme hier. Je suis à la formation à neuf heures ; ce sont cette fois des tests sur nos connaissances en informatique et en recherche documentaire. Les questionnaires sont précis et assez ardus, à la limite de mes connaissances. Quant aux exercices pratiques, ils les outrepassent : le fichier textuel à mettre en forme me demande beaucoup de temps, et lorsque le temps imparti est dépassé, je me rends compte qu'il y avait un second exercice, un tableau de données cette fois-ci, au verso de la feuille de procédures. Je n'ai donc fait que la moitié de la chose. Je m'amuse de ma bêtise, de cette matinée catastrophique. J'ai le temps de rentrer déjeuner à la maison, ce qui est un luxe.
Entretien avec un formateur l'après-midi sur les tests de ce matin. Il est amusé autant que je l'étais par mon impasse sur l'exercice du tableur. Je suis stupéfait lorsqu'il m'annonce que j'ai obtenu la seconde meilleure note aux questionnaires, ce qui me dispense de quelques cours d'informatique dans les semaines à venir.
D. rentre un peu avant vingt heures. Je fais un gratin de pâtes roboratif.

3 commentaires:

  1. Bienvenue dans l'univers merveilleux de l'ENSSIB ! tu fais 1 taf tout pourri et tu as 1 note brillante ! Méfiance ! C'est le prix de ton silence !!! Gaelle

    RépondreSupprimer
  2. Proficiat ! comme l'on dit chez moi.

    P.S. : Arrête donc de dire que tu te lèves à cinq heures du matin, tu me fais à chaque fois bailler !

    RépondreSupprimer
  3. Monsieur :
    Proficiat vous-même ! voilà que vous m'insultez maintenant !

    Gaëlle :
    je crois que cela montre que le niveau en informatique est plutôt bas.

    RépondreSupprimer