Lundi 3 novembre 2008

Je me lève à cinq heures trente, mais je n'arrive pas à travailler. J'ai préparé le découpage de 4 planches hier soir, mais rien n'y fait. Le fait d'entamer une formation dans un nouveau lieu donne à ce lundi un goût un peu fébrile de rentrée scolaire, qui me disperse. Je vais à la gare de Perrache réactiver mon abonnement pour les transports en commun. Je reviens puis entame une case, mais je fais une confusion de page, ce qui fait que ma mise en place du crayonné ne vaut rien. Comme il fait beau, je vais prendre une ligne de bus qui longe les quais du Rhône en partant de la Place Bellecour — la Place des Angoisses, selon Jean Reverzy, mais il n'y a plus beaucoup de brouillard aujourd'hui dans cette ville — dans le but de traverser à pied le parc de la Tête d'Or, très beau en cette saison et à cette heure. J'arrive à l'École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques à dix heures. La matinée se passe à nous présenter le déroulement de l'année à venir. La promotion est essentiellement jeune et féminine. Curieuse impression que celle de se retrouver sur les bancs de l'école. Je n'ai que mon baccalauréat et n'ai passé que deux années et demie en pointillé à l'école des Beaux-Arts pour tout bagage universitaire, école dans laquelle je me sentais mal à l'aise et de laquelle je suis parti sans diplôme. Le buffet à midi déride un peu l'atmosphère, je rencontre les personnes qui ont obtenu les postes sur lesquels j'ai moi aussi postulé, et les en félicite.
Le soir, D. me questionne sur cette première journée, nous en parlons avec animation et amusement. Je regarde L'Enfer de Matignon à la télévision, assez passionnant, mais j'éteins le poste avant la fin.

1 commentaire:

  1. Courage ! Tout va bien se passer ! Quand je suis arrivée, je ne connaissais personne et je n'avais rien à partager comme j'étais une vraie externe et au final, j'ai gardé de supers potes.
    A l'INRP, ça va ça vient : il commence à y avoir des tensions par rapport au planning. J'avais 1 formation Francis où j'ai vraiment galéré (recherches ultra pointues, pas d'accès pendant les 15 premières minutes du cours...), bref la routine...

    RépondreSupprimer