Jeudi 27 novembre 2008

Le réveil sonne à cinq heures mais je me rendors et rêve que je participe à une séance de dédicaces dans un café. Il y a Guillaume Bouzard, Lucas Méthé, Jean-Philippe Garçon... ce dernier amenant deux exemplaires seulement de mon dernier ouvrage, dont le format est plus grand que ce qui était prévu. La jaquette est en papier fin ordinaire, les plats sous celle-ci sont ornés de dessins que je ne connais pas, imprimés qui plus est queue par dessus tête. J.P. me dit que l'imprimeur, se trompant, y a imprimé une couverture destinée à la revue Fluide Glacial. Lucas est très critique en ce qui concerne l'impression des pages intérieures. Au premier abord, l'intérieur du livre paraît mal imprimé, mais je fais comme si de rien n'était avant de me rendre compte qu'il est peut-être trop bien imprimé, les niveaux de gris sont si subtils que je ne reconnais plus mes planches. Le papier est en outre très fin, se froissant et se cornant très rapidement. Un incendie éclate dans une tour en construction en face du café. Guillaume sort un appareil enregistreur de sons. Une personne non pas en flamme mais incandescente, embrasée, titube dans la rue. Elle se dirige vers le bar ; c'est la panique, on entend des cris d'angoisse. Je crie quelque chose du genre : Vite, de l'eau ! Le barman jette une serpillière trempée sur la personne, qui ne s'avère plus être incandescente du tout, mais la chaleur a fait fondre ses lunettes en plastique qui forment un amas informe sur son visage. Cela me réveille, il est cinq heures vingt. J'avance une case rajoutée à la page 44.
Le froid est intense, le bus est bondé et j'ai le temps d'être frigorifié en attendant celui-ci et en traversant le parc, étouffé dans la brume. La journée est consacrée au Répertoire d'Autorité-Matière Encyclopédique Alphabétique Unifié dont l'acronyme forme le nom d'un compositeur classique.

8 commentaires:

  1. Dans un premier temps, j'ai été un peu vexé de ne pas apparaître dans tes rêves, mais finalement, après avoir lu l'entièreté de ton papier, je suis assez content de ne pas en faire partie !

    RépondreSupprimer
  2. Pour ma part, j'apprécie en fait, d'y être, même dans un rôle pour le moins suspect. Déjà car j'aime rêver des personnes de mon entourage. Je suppose donc la réciprocité.
    J'ai reçu le livre en question, il n'y a pas de couverture du Fluide Glacial, ni de dessins impromptus et encore moins de papier fin et froissable. NON, tout est parfait. C'est le plus beau (et imposant) livre que nous avons fait en quinze ans. Il me tarde qu'on le voit ensemble dans une semaine exactement (oui, j'aime aussi ce moment là).
    Je suppose que la personne incandescente est une symbolisation de ton attente angoissée.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis soulagé qu'il soit réussi.
    Oui, apparemment les personnages d'un rêve représentent des parties de nous-même. Mais je n'avais pas pensé à la personne incandescente... Lucas Méthé devant représenter ma part intransigeante, et toi ma part relative aux contingences matérielles. Quant à toi, David, tu devais recevoir un prix quelque part, d'où ton absence. Je dois dire aussi que, la veille de ce rêve, j'ai participé à un vernissage, je suis passé près d'une tour en construction, et j'ai vu des camions de pompier.

    RépondreSupprimer
  4. ha, mais j'ai vraiment un rôle de merde dans ton rêve...

    RépondreSupprimer
  5. Morte de rire !
    Je suis morte de rire...
    C'est fou ce qu'une collaboration " six-pieds-sous-terrienne " peut déclencher !

    RépondreSupprimer
  6. Ah ! On peut donc véritablement dire que je brille par mon absence, alors ?
    Magnifique.
    Ca me va !

    RépondreSupprimer
  7. N'y aurait-il pas un lien entre l'incendie et le rameau ?
    C'est quand même un rêve bizarre...
    Pour ma part, j'ai rêvé hier de notre ancien directeur : il bossait à la municipalité de Paris et faisait de la trottinette dans des couloirs de musées habillés avec une chemise gigantesque et flashy (hawaï version 80's), poursuivi par 4 gamins minuscules dont un était son fils : même tête que lui mais avec une grosse goufa !
    Quelle est ton interprétation ???

    RépondreSupprimer
  8. Cela veut dire que tu veux remiser ton ancien directeur dans une faille temporelle, directement dans les années 70, et sous la tutelle du Ministère de la Culture. Ouh la la, Gaëlle, je crois qu'il faut prendre du repos !

    RépondreSupprimer