Dimanche 9 novembre 2008

C'est une journée pluvieuse qui commence, le ciel bas confère à toute chose une non-lumière grise, mais l'air est doux, ce qui fait que ce n'est pas véritablement une journée d'hiver mais un entre-deux préfigurant et nous faisant craindre la véritable saison froide. Puis le ciel se dégage, des éclats de soleil apparaissent et la douceur s'accentue. C'est aussi une journée de rangement de la pièce de travail ; je remplis un sac poubelle de papier. Lesté d'un sac-à-dos rempli de livres, je pars l'après-midi sur la place Bellecour où une association caritative récupère des dons de livres. Nous y avons laissé la veille pas moins de trois sacs remplis de papier imprimé. Les cinq bibliothèques du couloir de l'appartement ont retrouvé après cela un semblant d'ordre, même si la place laissée par la masse retranchée ne se voit qu'à peine. Cela me fait dire que je ne suis pas bibliophile ; l'attache sentimentale à un livre n'excède jamais chez moi la contrainte matérielle que celui-ci impose, en terme de place et de poids. De plus, un livre inutile que l'on n'ouvre plus est un livre mort. Je termine la journée à encadrer de vielles planches de bande dessinée en vue d'une possible exposition, et à dessiner un peu, tandis que D. trie des photos et avance sa correspondance.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire