Samedi 25 octobre 2008

Je prends le train à onze heures à la gare de la Part-Dieu. Le départ est un peu pénible ; c’est le premier jour des vacances et les trains sont assaillis de voyageurs occasionnels qui n’ont pas l’habitude de prendre le train, munis de bagages énormes, de poussettes… J’entame la lecture de L’Apparition du livre de Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, et continue celle de Roland Barthes, mais je suis un peu distrait. Je somnole même sur certains points du parcours. Je sors du train à quinze heures et demie. Il fait chaud. Un chauffeur de taxi, très cultivé et qui me donne un cours sur l’histoire de la ville, m’amène au café où doit se tenir la rencontre. David est déjà là, attablé en terrasse avec Abraham, l’animateur du débat. On me propose une bière locale ; je fais mon malin en expliquant que celle-ci n’a rien de local : elle est brassée en République Tchèque. Nous voyons Bruno, l’instigateur de la soirée. Nous disons notre laïus devant une assemblée de dames âgées férues de littérature et de quelques lecteurs de bande dessinée. Le débat est dense. Je dis, à la stupéfaction de quelques-uns, que je n’ai aucune imagination visuelle, et que la lecture d’un livre ne me procure aucune image. Nous dédicaçons et allons visiter l’exposition des planches, accompagnés par Céline D. Le magasin est immense, sur plusieurs niveaux, et saturé de produits culturels. L’exposition, impressionnante, se tient dans le rayon des beaux-arts. Nous feuilletons quelques bandes dessinées. Avec un sourire, David dit : et si nous allions au rayon philosophie, plutôt ? Nous musardons dans les rayonnages. Je lorgne sur la Pléiade de Claude Simon. David achète deux nouveaux ouvrages de Peter Sloterdijk. Après avoir déposé nos bagages à l’hôtel, nous allons voir la mer, puis nous engageons dans le vieux Nice, dînons comme des touristes à une terrasse. David est effaré par le nombre de distributeurs d’argent. La rue piétonne dans laquelle nous dînons est un défilé ininterrompu de jeunes gens qui aiment être regardés, de jeunes filles habillées comme dans des clips musicaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire