Samedi 11 octobre 2008

Je réveille D., qui travaille aujourd'hui, à sept heures. Je pars acheter des croissants. Je passe une partie de la matinée à l'atelier devant l'ordinateur, à numériser une case et à régler ce problème de fichiers, mais aussi à tenter de déboucher l'évacuation du trop-plein du ballon d'eau chaude de l'appartement, ce qui m'agace, car j'y passe un temps infini. Je plie une lessive et en lance une nouvelle. L'après-midi se passe à préparer les illustrations pour CQFD. J'écoute les vinyls de Meddle des Pink Floyd - qui a mon âge - et de Love's Holiday Orchestra d'Oxbow.
Je sors à dix-sept heures, pas très en forme. Une sorte de faiblesse, proche du malaise, me plombe les jambes. Je décide de marcher pour rejoindre D. J'achète des cartouches d'encre pour imprimante à la FNAC, ce qui me vaut une haine pour ce genre d'endroit saturé. La cohue du samedi fait que je zigzague dans les rues pour me dépêtrer des badauds. Je retrouve D. dans un magasin de vêtements professionnels : elle a un bon de 40 euros, dispensé par son employeur, à dépenser. Tout est hors de prix et nous ne savons quoi prendre ; je prends des chaussettes, et c'est réglé.
Nous regardons le début du Sacrifice de Tarkovski ; D. s'endort. Aussi je décide d'arrêter le DVD, un peu renfrogné.

2 commentaires:

  1. Je comprends cette haine.


    Bruno fnac de nice

    RépondreSupprimer
  2. Mais j'ai cette chance de pouvoir m'en échapper...

    RépondreSupprimer