Lundi 1er septembre 2008

Réveillé et levé à cinq heures et demie, avancement du courrier en souffrance et travail sur l'ordinateur : c'est qu'il faut modifier certaines cases récemment dessinées du projet La Passion des anabaptistes.
De huit heures et demi à dix-sept heures à la bibliothèque banque d'accueil, puis bulletinage et impression du catalogue des périodiques, gros volume indigeste de 229 pages sur lequel j'opère des modifications quotidiennes depuis 2004 d'où je m'extrais à onze heures, le temps de faire la queue dans une agence postale flambant neuve, au mobilier "ludique" exaspérant.
On m'apprend dans la matinée le décès de Thierry S., un jeune Conservateur croisé à Lyon à la fin des années 1990, qui m'avait initié avec humour et simplicité aux codes informatiques de création des pages internet. Toujours ce coté irréel de ce genre d'annonce, comme une ombre jetée sur les choses qui reste ancrée en nous toute la journée, quoi que l'on fasse.
Nous sommes invités en soirée. Je ne travaille donc pas.

3 commentaires:

  1. Très belle initiative, mon ami, ça se lit comme du Goncourt, continuez !

    RépondreSupprimer
  2. Ah, je vois que c'est la rentrée des enseignants. Bienvenue, Monsieur !

    RépondreSupprimer
  3. Et, rentrée oblige, je me devais d'être le premier chez vous, bien entendu...

    RépondreSupprimer